Enseignants, assistants, collaborateurs scientifiques et administratifs

Gerber Lucie

Coordonnées Curriculum Recherches Publications

Axes de recherche

Histoire des psychothérapies

Histoire de la médecine comportementale aux Etats-Unis, 1960-1980
Cet axe de recherche, initié au printemps 2017 grâce à l'obtention d'une bourse Fulbright chercheur, porte sur les sources et l'histoire des débuts de la médecine comportementale aux États-Unis. La question principale du projet est celle de la constitution des maladies et problèmes de santé physique en objet d'étude et d'intervention de la psychologie comportementale. Un premier axe du projet vise à retracer les modifications subies par des catégories centrales de la psychologie comportementale (« comportement », « environnement », « contrôle ») dans le contexte du rapprochement de la tradition béhavioriste et de la neurophysiologie dans les décennies d'après-guerre. Un second axe vise à saisir ces développements intellectuels et disciplinaires dans la perspective d'une histoire matérielle des sciences, en s'attachant à l'étude des systèmes expérimentaux animaux, des appareillages et des procédés d'investigations développés entre 1960 et 1970 pour comprendre et agir sur les relations entre comportement, processus physiologiques et statut somatique de l'individu.

Histoire de l'expérimentation et de la modélisation animale, XXe siècle
Ma thèse, intitulée le « Laboratoire des esprits animaux » et soutenue en décembre 2016 à l'EHESS de Paris, propose une histoire d'une aspiration scientifique, celle de se servir de l'animal expérimental pour introduire les problèmes de la psychiatrie et de la neurologie dans l'enceinte du laboratoire. Ce travail décrit et analyse les pratiques des acteurs des sciences du comportement, de la cognition et du cerveau dans le contexte de la recherche thérapeutique et médicale sur les maladies ou troubles qui atteignent le psychisme, depuis 1955 jusqu'au temps présent. Quelles sont les conditions historiques sous lesquelles l'expérimentation animale s'est développée et diversifiée au cours de la seconde moitié du XXe siècle ? Comment les expérimentateurs ont-ils développé des modèles animaux pour l'étude de phénomènes qui ont souvent pour réputation d'être spécifiquement humains ? Avec quels effets et conséquences pour le mode de constitution des objets sur lesquels travaillent les expérimentateurs, sur les orientations suivies par la recherche médicale et thérapeutique? Ces questions sont abordées à partir de deux champs d'observation, la recherche sur la dépression, et celle sur la maladie d'Alzheimer, dans la perspective d'une histoire intégrée des sciences, des techniques et de la médecine. À travers la littérature publiée, des archives industrielles, institutionnelles et personnelles de scientifiques, des entretiens d'histoire orale et des observations ethnographiques, ce travail interroge le lien étroit qui s'est établi, suivant un double processus de « pharmaceuticalisation » et de « molécularisation », entre l'expérimentation animale et la manière dont nous concevons et étudions les troubles mentaux, cognitifs et du comportement.


Retour

Suivez nous:      
Partagez: